Martine Beaulieu
novembre 15, 2016

Innovation collaborative

Martine Beaulieu, MCC

Afficher le profil
  • Partagez cet article
  • A A

Fortement inspirée par ce que recèle la mise en acte des intelligences multiples des hommes et des femmes que j’accompagne, j’espère que mes propos vous inspireront quelque peu…

Je vous exposerai quelques brides d’expériences pratiques réalisées au cours des dernières années et vous partagerai également les fruits de quelques-unes de mes réflexions personnelles liées à ma grande passion : l’apprentissage et l’innovation en réseau collaboratif. Au passage, je nommerai quelques éléments qui favorisent l’accès à autre degré de conscience collective.

Qu’est-ce que l’Innovation collaborative…?

Qui dit innovation, dit expérimentation. Une approche qui sort des sentiers battus pour penser, réfléchir et agir «nouvellement». Imaginer, innover, mettre en action un «insight» qui au départ ne pouvait être prévisible. Un monde de «possibles» se crée, se tisse au fil des rencontres. Une toile se dessine pour élaborer l’œuvre collective.

Pour - quoi et Comment – Apprendre et innover en réseau

Pour créer du sens ensemble, apprendre à tirer parti des différences et mettre en marche un puissant levier de progrès !

Initier des espaces temps où le partage des connaissances ouvre à lui seul un autre monde. L’apprenance en équipe est l’une des cinq disciplines développées par Peter Senge. La valeur ajoutée de cette approche réside dans la capacité émergente des membres à savoir tirer profit de la puissance de la pensée collective. Le comment : apprendre, être ensemble, tisser des liens constitue la pierre angulaire de ce type d’apprentissage. Car seul, nous ne sommes rien, et seul, on ne devient pas! 

La connaissance est la seule chose qui prend de la valeur en le partageant -  Teilhard de Chardin

Dès la 1ère session de travail avec eux, je suis toujours fascinée de voir leur soif d’apprendre, d’évoluer et en même temps leur ambivalence à entreprendre un tel voyage ensemble. Malgré leurs différences, la nature de leurs rôles, le peu de temps qu’ils ont à leur disposition, l’ambiance d’incertitude face à ce qu’ils s’apprêtent à vivre en équipe est presque tangible. 

Les exercices vécus dans l’action leur permettent de mettre en lumière leur manière de décider, de s’écouter, de réfléchir et surtout d’interagir ensemble. Voir leurs modes de penser en action en interaction avec ceux de leurs collègues rend encore plus évident le non-dit. Toutefois, un cadre bien structuré, des outils transformationnels, des valeurs et des règles éthiques s’imposent afin de faciliter l’apprenance en réseau.

Les amener à ressentir la réalité d’un futur qui n’est pas encore arrivé les relie à une ambition plus grande. Pas à pas s’ancre une présence à ce qui EST. Une texture du réel leur paraît possible de «faire advenir». S’appropriant la responsabilité de faire de leur réalité : une réalité «plus satisfaisante».

Cette mobilisation «dans l’action» est la clef essentielle pour le coach qui souhaite créer un effet d’entraînement contagieux avec ses coachés. Générer «confiance, engagement et optimisme» dès le commencement, s’impose.

Le coach sensible aux jeux de la systémique a la tâche de faire apparaître ce qui «semble se jouer» dans leurs manières d’être-de faire et d’agir. Presque une révélation pour eux. Si bien qu’ils s’avouent faire toujours les choses de la même façon. Ils n’en peuvent plus de se voir comme ça… Une occasion en OR, pour un démarrage en feu !  Un terrain de confiance s’est tissé entre les leaders et l’intervenant coach. Un premier pas vers ce que j’appelle : le leadership durable!

Ce qui marche – Risquer du neuf

Le chemin de l’apprentissage en réseau se construit en marchant. Au cœur de ces laboratoires où, voir plus profondément et plus loin, partager ses idées librement et expérimenter dans l’action est l’acte de générer en soi ce que l’on souhaite voir générer de neuf dans l’organisation. Ce genre d’exploration exige que l’être en entier (tête-cœur-corps) y participe. Un va-et-vient continu «avec soi» et «avec les autres» devient source de richesse par la multiplicité des différences toutes réunies. Travailler plus intelligemment, pourquoi pas...

Les recherches démontrent que le seul fait de réunir des personnes et de les faire dialoguer crée tout un monde de possibilités et conduit inévitablement à une meilleure organisation (plus humaine). L’ouverture réflexive (D. Bohm) est une démarche reconnue. Elle n’amène pas simplement les personnes à réfléchir sur leur propre travail et comportement, mais que surtout : «elle encourage la responsabilité individuelle». J’observe régulièrement combien cela façonne la création de liens plus signifiants.

 

«C’est au milieu des turbulences complexes qui se contrarient ou se combinent que les innovateurs trouvent en quelque sorte, l’espace pour mettre en œuvre le changement. Ils puisent leur inspiration dans une idée commune, en se disant : il doit y avoir une façon plus humaine, plus productrice, et finalement plus créative de travailler ensemble. » (Senge, La cinquième discipline, 2016)

À la fine pointe de leur réalité…

Je prends plaisir à façonner avec mes clients leur propre modèle d’apprentissage. Plus qu’un accompagnement d’équipe où on aborde : mission- vision-valeur-objectif et plan d’action, bien qu’efficace, mais où il est cependant plus difficile de parler de pérennité et durabilité.

On a appris à mieux se connaître, me disent-ils. Ils apprécient prendre appui les uns sur les autres tant avec leurs forces qu’avec leurs vulnérabilités. Tout ce qui nous relie nous rend plus forts, dit Abdennour Bidar! L’image d’un écosystème illustrerait assez bien ce qu’il se vit dans ce type d’alliance. Des valeurs de partage où le «donner et recevoir» vient polliniser l’ensemble des autres réseaux à l’interne. C’est l’élément focal de ce qui distingue ce type de réseau.

L’innovation et l’apprentissage en réseau créent une culture où l’enracinement des savoirs individuels et collectifs prend une large place. Les leaders font de la collaboration et des outils qui l’accompagnent, la pierre angulaire de leur mode de gestion. Ils mettent en place des mécanismes semblables à ce qu’ils ont pratiqué sachant que cette transmission de valeur est la véritable richesse de leur entreprise. Ils ont choisi d’agir différemment et de performer autrement. S’affichant comme des contributeurs à part entière, ils souhaitent créer un milieu de vie où ils ont envie d’appartenir. Un changement de culture qui nécessite cependant de comprendre ce qu’est la systémique du changement.

Changement de regard

Un regard franc et lucide informe que le système n’est pas quelque chose de «mécanique», mais plutôt un tout organique et dynamique, considéré en tant que système vivant. Admettre se sentir légitimés les uns - les autres leur rappellent qu’agir en éco-responsabilité va au-delà d’un simple engagement personnel. Un engagement collectif senti par chacun des membres à marcher vers plus d’humanisme.

Apprendre à avoir de l’impact différemment fait avancer. C’est dans l’interaction que ça s’apprend. Lorsqu’ils réalisent que la plus grande source de leurs problèmes réside dans cet écart qui existe entre leurs manières de penser, de voir et d’interpréter les situations versus leurs façons d’agir au quotidien, ils ne veulent plus revenir en arrière.

Un président ouvre à son équipe : «je n’avais jamais remarqué combien ma grande facilité à aller de l’avant et viser dans le futur cachait un malaise, une incapacité à prendre des moments seul avec vous pour comprendre ce que vous vivez et tenter d’approfondir les choses... Il a fait surgir des moments de révélations extrêmement touchants. La maturité de l’équipe venait de monter en flèche.

La porte du changement s’ouvre de l’intérieur

Tout mouvement commence d’abord à l’intérieur de soi, ensuite naît le mouvement extérieur. Dès le démarrage je prends soin de sonder leur désir d’évolution et ce qui aurait du sens pour eux tant individuellement que collectivement.

Innover en réseau exige : pratique, ouverture, dialogue constructif, présence accrue, collaboration et une intention claire au préalable. L’intelligence collective enrichit l’énergie vitale de l’équipe. Ainsi, s’opèrent de nouveaux modèles d’action.

Inventer c’est penser en dehors du cadre  - Einstein

Innover dérange!

Oser questionner les modèles en place constitue un geste important, voire même crucial pour la transformation de notre planète. Ça exige d’éclairer ce qui n’est pas toujours visible, rendre vrai le caractère unique et sensible de chaque chose, des événements qu’on vit et de s’éveiller constamment à l’altérité. Ça nécessite aussi de nourrir un lien riche avec la terre mère.

Croire en quelque chose et ne pas le faire est malhonnête  - Gandhi

Et collectivement, pourquoi ne pas faire éclore ce désir du sens du bien commun afin de communier ensemble à plus grande paix entre nous : les Humains. Aurions-nous tout simplement à y croire…?

Autres articles intéressants

À quelle source s’abreuve le coach pour continuer de progresser?

février 15, 2017

Cet article propose de jeter un regard lucide sur notre façon d’animer notre goût du dépassement. [...]

D'où proviennent les actions de nos leaders?

mars 15, 2013

Je les amène à réfléchir non seulement à ce qui a bien marché dans le passé, mais bien plus à ce qui pourrait marcher « SI »… [...]

Innovation collaborative

novembre 15, 2016

L’auteur nous livre quelques-unes de ses réflexions personnelles liées à sa grande passion : l’apprentissage et l’innovation en réseau collaboratif. [...]